Non classéL'hypnose pour traiter les conséquences psychologiques du confinement

16 novembre 2020
Depuis quelques jours  nous sommes à nouveau soumis à des règles strictes de confinement.  Et cela va être valable encore quelques jours .

 

Bien que moins strictes que lors du premier confinement, ces règles restent cependant délétères pour nos liens sociaux et pour notre vie psychique. Ne parlons pas de notre économie.

Après la stupeur lié à l’annonce, le premier confinement lié au coronavirus a eu des conséquences psychologiques importantes. 

Ces conséquences transitoires ont peu à peu disparu lorsque nous avons cru possible un retour à la vie normale. Mais maintenant que le “traumatisme” se répète avec des règles plus ou moins claires, maintenant que nous pensons avec angoisse à l’approche des fêtes de fin d’année qui auront forcément, en 2020, une saveur particulière, les conséquences de cette privation de libertés, de cet “enfermement” non voulu peuvent s’installer de manière plus persistante et avoir des répercussions sur le long terme.

Les conséquences psychologiques du confinement sont variées.

En effet cette longue période d’isolement forcé résonne comme une sorte d’emprisonnement et cela renvoie à un manque de liberté, à  un sentiment d’impuissance, parfois de vulnérabilité.

Le confinement lié à l’épidémie a ralenti notre existence, a supprimé la possibilité de toute vie sociale. A modifié nos modes de vie. Cette modification de rythmes de vie a souvent entraîné la rupture des rites et horaires habituels. Or la routine a un effet sécurisant et structurant pour l’homme.

A ce ralentissement du rythme de vie s’ajoute la peur de la maladie véhiculée par les médias qui peut s’avérer paralysante pour les personnes anxieuses.

Le confinement provoque différents troubles.

 

Troubles anxieux et anxiété :

 

La crainte de contamination fait naître des troubles anxieux ou réactive les anciennes angoisses, l’angoisse de la mort.

L’anxiété est suscitée également par la menace économique, l’insécurité face à l’avenir professionnel, social.

Le manque de clarté des informations fournies tout au long de cette période par les autorités, le flux d’images et de paroles parfois traumatisantes véhiculées par les médias favorisent ces différents troubles.

Tout cela associé à un sentiment d’impuissance et de situation qui nous échappe. A la difficulté voire l’impossibilité pour certains de garder  liens sociaux, amicaux et affectifs essentiels à notre équilibre peut fragiliser cet équilibre.

Voici quelques symptômes d’anxiété rapportés depuis le mois de mars 2020 :

  • une diminution des contacts avec les autres
  • un évitement des rencontres et des espaces publics
  • des sentiments négatifs : peur, méfiance, frustration, agressivité…
  • un état de nervosité
  • des manifestations psychosomatiques

A cela s’ajoutent :

 

Trouble anxieux lié aux médias :
 

Parmi les conséquences psychologiques du confinement se trouve également le trouble anxieux lié aux médias. Tout au long de la période de confinement, et depuis plusieurs mois, les médias nous exposent en permanence à des informations concernant l’épidémie, le nombre de décès ou la propagation de la maladie.

Tout cela peut accroître l’anxiété, d’autant plus que ces informations sont parfois erronées, parfois contradictoires.

 

Troubles du sommeil liés au confinement :

 

Le bouleversement  de nos routines de vie avec l’arrivée massive du télétravail, le manque d’activité physique, les salles de sport ayant fermé le manque d’interactions sociales ainsi que le stress provoqué par une situation sans précédent provoquent chez beaucoup de personnes des troubles du sommeil.

 

Troubles du comportement alimentaire (TCA) :

 

L’augmentation du stress, de l’anxiété, de la dépression pendant le confinement constituent un risque du développement, d’aggravation ou de rechute de troubles du comportement alimentaire (TCA) préexistants.

 

Ces manifestations peuvent devenir chroniques et provoquer un stress “post traumatique”.

Lorsque nous rencontrons certains de ces symptômes en parler est essentiel, se faire accompagner pour traverser la vague est capital. Nous ne devons pas rester seul face à nous-même.

L’hypnose, en agissant sur notre inconscient, va nous permettre d’avoir une autre perception des évènements plus confortable pour nous et ainsi nous permettre d’atténuer ces différents troubles. De même qu’une pratique régulière de l’auto-hypnose va nous conduire à une meilleure résistance au stress, à une meilleure qualité de sommeil.

Pour conclure cet article nous rappellerons que l’hypnose est un état naturel que nous connaissons tous plusieurs fois par jour. Il s’agit d’apprendre à utiliser cet état à notre mieux-être.